fr.blackmilkmag.com
Nouvelles recettes

Grey Goose est la meilleure vodka d'Amérique

Grey Goose est la meilleure vodka d'Amérique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


... suivi d'Absolut et Smirnoff

L'organisation d'études de marché NPD Group vient de publier son liste des meilleures vodkas selon le consommateur américain, et il semble que Grey Goose soit le plus populaire.

Sur 33 750 adultes interrogés, 18 % préféraient Grey Goose, suivi d'Absolut avec 12 % et de Smirnoff avec 10 %.

Ketel One a reçu 7 pour cent des voix, tandis que Stoli n'en a reçu que 5 pour cent.

Cependant, lorsqu'ils sont divisés en tranches d'âge, les choses commencent à devenir intéressantes. Les répondants âgés de 35 à 49 ans préfèrent Ketel One beaucoup plus que toute personne plus jeune (21-34 ans) ou plus âgée (50+). Les 21 à 23 ans, cependant, préfèrent Smirnoff plus souvent que quiconque. Nous allons juste deviner que la plupart de ces jeunes ne peuvent pas se permettre Grey Goose.

The Daily Byte est une chronique régulière consacrée à la couverture des nouvelles et des tendances alimentaires intéressantes à travers le pays. Cliquez ici pour les colonnes précédentes.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. Il a établi une distillerie dans la Vallée de l'Oise, une région au nord de Paris, et une usine d'embouteillage à Cognac, une région synonyme de spiritueux français haut de gamme. Ici, il a embauché François Thibault, Maitre de Chai de Grey Goose, ou maître de chai, un titre que Thibault a gagné pendant qu'il fabriquait du Cognac. Thibault a conçu un processus de production centré sur le français, sélectionnant les matériaux de base, l'eau et le personnel pour créer un spiritueux adapté au palais américain.

Tout, du liquide à l'intérieur à l'encre imprimée sur le verre, est fabriqué dans le pays, et chaque jour, des travailleurs de tous les postes de l'usine s'assoient dans la salle de dégustation pour évaluer le produit. Lorsqu'on lui demande si les Français ont adopté Grey Goose dans une mesure comparable aux Américains, Thibault rit en indiquant la salle de dégustation de l'usine : « Les Américains l'aiment plus, mais les Français l'adorent aussi. Nous ne manquons jamais de bénévoles. "

2. Il est entièrement à base de blé.

La vodka peut être fabriquée à partir de n'importe quelle matière fermentescible. Il existe des vodkas commerciales à base de pommes de terre, de raisins, de seigle et de céréales mélangées comprenant de l'orge. Grey Goose utilise du blé tendre d'hiver provenant de Picardie, une région céréalière du nord de la France qui est souvent appelée le grenier de la nation. Cette variété de blé particulière est semée en automne et récoltée à la fin de l'été. L'entreprise s'approvisionne en grains auprès d'un petit collectif d'agriculteurs locaux. En général, les vodkas à base de blé ont la texture la plus douce par rapport aux autres céréales de base - les personnes derrière Grey Goose soutiennent également que le caractère de leur produit fini porte également l'empreinte du terroir picard.

3. Il est moulu et distillé par moins de 20 employés.

L'approvisionnement du monde entier en Grey Goose passe par le moulin et la distillerie de La Vallée de l'Oise, une installation occupée, lors de ma visite, par 17 personnes. C'est une petite opération ciblée : le grain de blé arrive par camion et est pesé et analysé pour la teneur en amidon, puis moulu (quatre fois) en une farine de blé fine. La farine subit ensuite une "saccharification", où l'amidon est converti en glucose qui alimentera la levure pendant la fermentation. À partir de là, la "purée de blé" résultante entre dans un processus de fermentation en cascade. Il baratte six réservoirs pendant que la levure convertit le sucre en alcool, laissant un "vin" de 10% ABV qui sera ensuite distillé en un alcool à 96% ABV via un alambic à colonne massif.

4. Il est mélangé avec de l'eau de Cognac.

Demandez à n'importe quel distillateur de vodka (ou n'importe quel distillateur, vraiment) ce qui distingue son alcool, il indiquera d'abord le matériau de base et son origine, puis l'approvisionnement en eau. (Par exemple, la vodka Dripping Springs est allée de l'avant et a nommé la société en l'honneur de sa source). Grey Goose tire son eau d'un puits de 500 pieds dans la région de Grande Champagne de Cognac, elle a été filtrée à travers du calcaire pendant plusieurs siècles et est puisée le jour où elle est destinée à l'usine d'embouteillage de la ville voisine de Gensac. Contrairement à certains nouveaux fabricants de vodka artisanale qui apprécient la teneur en minéraux de leur H20, Grey Goose fait de grands efforts pour dépouiller l'eau de toute teneur en minéraux avant de la mélanger dans la vodka finie.

5. Les arômes de fruits proviennent de vrais fruits.

Grey Goose, comme la plupart des grands producteurs de vodka commerciale, a des extensions de marque au-delà de sa formule classique, à savoir quatre variétés de fruits : orange, poire, citron et cerise noire. Dans ce cas, les arômes de fruits infusés dans la vodka de base proviennent en fait de fruits (et tous sauf les oranges, originaires de Floride, proviennent de France.) Les citrons viennent de Menton, dans le sud les poires sont originaires de la vallée de la Loire et du les cerises noires proviennent du village d'Itzassou au pays basque français.

Les fruits entiers sont livrés à une parfumerie à Grasse (une commune française dédiée à la fabrication de parfums et d'arômes), où les saveurs et les arômes sont extraits et renvoyés à Grey Goose à Cognac sous forme d'huiles essentielles qui sont ensuite mélangées à la formule classique.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. Nous avons maintenant des bars à seigle et des temples de tequila et des maisons de gin, chacun dédié à la célébration et à l'élévation d'un type de liqueur. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. Il a établi une distillerie dans la Vallée de l'Oise, une région au nord de Paris, et une usine d'embouteillage à Cognac, une région synonyme de spiritueux français haut de gamme. Ici, il a embauché François Thibault, Maitre de Chai de Grey Goose, ou maître de chai, un titre que Thibault a gagné pendant qu'il fabriquait du Cognac. Thibault a conçu un processus de production centré sur le français, sélectionnant les matériaux de base, l'eau et le personnel pour créer un spiritueux adapté au palais américain.

Tout, du liquide à l'intérieur à l'encre imprimée sur le verre, est fabriqué dans le pays, et chaque jour, des travailleurs de tous les postes de l'usine s'assoient dans la salle de dégustation pour évaluer le produit. Lorsqu'on lui demande si les Français ont adopté Grey Goose dans une mesure comparable aux Américains, Thibault rit en indiquant la salle de dégustation de l'usine : « Les Américains l'aiment plus, mais les Français l'adorent aussi. Nous ne manquons jamais de bénévoles. "

2. Il est entièrement à base de blé.

La vodka peut être fabriquée à partir de n'importe quelle matière fermentescible. Il existe des vodkas commerciales à base de pommes de terre, de raisins, de seigle et de céréales mélangées comprenant de l'orge. Grey Goose utilise du blé tendre d'hiver provenant de Picardie, une région céréalière du nord de la France qui est souvent appelée le grenier de la nation. Cette variété de blé particulière est semée en automne et récoltée à la fin de l'été. L'entreprise s'approvisionne en grains auprès d'un petit collectif d'agriculteurs locaux. En général, les vodkas à base de blé ont la texture la plus douce par rapport aux autres céréales de base - les personnes derrière Grey Goose soutiennent également que le caractère de leur produit fini porte également l'empreinte du terroir picard.

3. Il est moulu et distillé par moins de 20 employés.

L'approvisionnement du monde entier en Grey Goose passe par le moulin et la distillerie de La Vallée de l'Oise, une installation occupée, lors de ma visite, par 17 personnes. C'est une petite opération ciblée : le grain de blé arrive par camion et est pesé et analysé pour la teneur en amidon, puis broyé (quatre fois) en une farine de blé fine. La farine subit ensuite une "saccharification", où l'amidon est converti en glucose qui alimentera la levure pendant la fermentation. À partir de là, la "purée de blé" résultante entre dans un processus de fermentation en cascade. Il passe dans six réservoirs pendant que la levure convertit le sucre en alcool, laissant un "vin" de 10% ABV qui sera ensuite distillé en un spiritueux à 96% ABV via un alambic à colonne massif.

4. Il est mélangé avec de l'eau de Cognac.

Demandez à n'importe quel distillateur de vodka (ou n'importe quel distillateur, vraiment) ce qui distingue son alcool, il indiquera d'abord le matériau de base et son origine, puis l'approvisionnement en eau. (Par exemple, la vodka Dripping Springs est allée de l'avant et a nommé la société en l'honneur de sa source). Grey Goose tire son eau d'un puits de 500 pieds dans la région de Grande Champagne de Cognac, elle a été filtrée à travers du calcaire pendant plusieurs siècles et est puisée le jour où elle est destinée à l'usine d'embouteillage de la ville voisine de Gensac. Contrairement à certains nouveaux fabricants de vodka artisanale qui apprécient la teneur en minéraux de leur H20, Grey Goose fait de grands efforts pour dépouiller l'eau de toute teneur en minéraux avant de la mélanger dans la vodka finie.

5. Les arômes de fruits proviennent de vrais fruits.

Grey Goose, comme la plupart des grands producteurs de vodka commerciale, a des extensions de marque au-delà de sa formule classique, à savoir quatre variétés de fruits : orange, poire, citron et cerise noire. Dans ce cas, les arômes de fruits infusés dans la vodka de base proviennent en fait de fruits (et tous sauf les oranges, originaires de Floride, proviennent de France.) Les citrons viennent de Menton, dans le sud les poires sont originaires de la vallée de la Loire et du les cerises noires proviennent du village d'Itzassou au pays basque français.

Les fruits entiers sont livrés à une parfumerie à Grasse (une commune française dédiée à la fabrication de parfums et d'arômes), où les saveurs et les arômes sont extraits et renvoyés à Grey Goose à Cognac sous forme d'huiles essentielles qui sont ensuite mélangées à la formule classique.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. Il a établi une distillerie dans la Vallée de l'Oise, une région au nord de Paris, et une usine d'embouteillage à Cognac, une région synonyme de spiritueux français haut de gamme. Ici, il a embauché François Thibault, Maitre de Chai de Grey Goose, ou maître de chai, un titre que Thibault a gagné pendant qu'il fabriquait du Cognac. Thibault a conçu un processus de production centré sur le français, sélectionnant les matériaux de base, l'eau et le personnel pour créer un spiritueux adapté au palais américain.

Tout, du liquide à l'intérieur à l'encre imprimée sur le verre, est fabriqué dans le pays, et chaque jour, des travailleurs de tous les postes de l'usine s'assoient dans la salle de dégustation pour évaluer le produit. Lorsqu'on lui demande si les Français ont adopté Grey Goose dans une mesure comparable aux Américains, Thibault rit en indiquant la salle de dégustation de l'usine : « Les Américains l'aiment plus, mais les Français l'adorent aussi. Nous ne manquons jamais de bénévoles. "

2. Il est entièrement à base de blé.

La vodka peut être fabriquée à partir de n'importe quelle matière fermentescible. Il existe des vodkas commerciales à base de pommes de terre, de raisins, de seigle et de céréales mélangées comprenant de l'orge. Grey Goose utilise du blé tendre d'hiver provenant de Picardie, une région céréalière du nord de la France qui est souvent appelée le grenier de la nation. Cette variété de blé particulière est semée en automne et récoltée à la fin de l'été. L'entreprise s'approvisionne en grains auprès d'un petit collectif d'agriculteurs locaux. En général, les vodkas à base de blé ont la texture la plus douce par rapport aux autres céréales de base - les personnes derrière Grey Goose soutiennent également que le caractère de leur produit fini porte également l'empreinte du terroir picard.

3. Il est moulu et distillé par moins de 20 employés.

L'approvisionnement du monde entier en Grey Goose passe par le moulin et la distillerie de La Vallée de l'Oise, une installation occupée, lors de ma visite, par 17 personnes. C'est une petite opération ciblée : le grain de blé arrive par camion et est pesé et analysé pour la teneur en amidon, puis broyé (quatre fois) en une farine de blé fine. La farine subit ensuite une "saccharification", où l'amidon est converti en glucose qui alimentera la levure pendant la fermentation. À partir de là, la "purée de blé" résultante entre dans un processus de fermentation en cascade. Il baratte six réservoirs pendant que la levure convertit le sucre en alcool, laissant un "vin" de 10% ABV qui sera ensuite distillé en un alcool à 96% ABV via un alambic à colonne massif.

4. Il est mélangé avec de l'eau de Cognac.

Demandez à n'importe quel distillateur de vodka (ou n'importe quel distillateur, vraiment) ce qui distingue son alcool, il indiquera d'abord le matériau de base et son origine, puis l'approvisionnement en eau. (Par exemple, la vodka Dripping Springs est allée de l'avant et a nommé la société en l'honneur de sa source). Grey Goose tire son eau d'un puits de 500 pieds dans la région de Grande Champagne de Cognac, elle a été filtrée à travers du calcaire pendant plusieurs siècles et est puisée le jour où elle est destinée à l'usine d'embouteillage de la ville voisine de Gensac. Contrairement à certains nouveaux fabricants de vodka artisanale qui apprécient la teneur en minéraux de leur H20, Grey Goose fait de grands efforts pour dépouiller l'eau de toute teneur en minéraux avant de la mélanger dans la vodka finie.

5. Les arômes de fruits proviennent de vrais fruits.

Grey Goose, comme la plupart des grands producteurs de vodka commerciale, a des extensions de marque au-delà de sa formule classique, à savoir quatre variétés de fruits : orange, poire, citron et cerise noire. Dans ce cas, les arômes de fruits infusés dans la vodka de base proviennent en fait de fruits (et tous sauf les oranges, originaires de Floride, proviennent de France.) Les citrons viennent de Menton, dans le sud les poires sont originaires de la vallée de la Loire et du les cerises noires proviennent du village d'Itzassou au pays basque français.

Les fruits entiers sont livrés à une parfumerie à Grasse (une commune française dédiée à la fabrication de parfums et d'arômes), où les saveurs et les arômes sont extraits et renvoyés à Grey Goose à Cognac sous forme d'huiles essentielles qui sont ensuite mélangées à la formule classique.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. Il a établi une distillerie dans la Vallée de l'Oise, une région au nord de Paris, et une usine d'embouteillage à Cognac, une région synonyme de spiritueux français haut de gamme. Ici, il a embauché François Thibault, Maitre de Chai de Grey Goose, ou maître de chai, un titre que Thibault a gagné pendant qu'il fabriquait du Cognac. Thibault a conçu un processus de production centré sur le français, sélectionnant les matériaux de base, l'eau et le personnel pour créer un spiritueux adapté au palais américain.

Tout, du liquide à l'intérieur à l'encre imprimée sur le verre, est fabriqué dans le pays, et chaque jour, des travailleurs de tous les postes de l'usine s'assoient dans la salle de dégustation pour évaluer le produit. Lorsqu'on lui demande si les Français ont adopté Grey Goose dans une mesure comparable aux Américains, Thibault rit en indiquant la salle de dégustation de l'usine : « Les Américains l'aiment plus, mais les Français l'adorent aussi. Nous ne manquons jamais de bénévoles. "

2. Il est entièrement à base de blé.

La vodka peut être fabriquée à partir de n'importe quelle matière fermentescible. Il existe des vodkas commerciales à base de pommes de terre, de raisins, de seigle et de céréales mélangées comprenant de l'orge. Grey Goose utilise du blé tendre d'hiver provenant de Picardie, une région céréalière du nord de la France qui est souvent appelée le grenier de la nation. Cette variété de blé particulière est semée en automne et récoltée à la fin de l'été. L'entreprise s'approvisionne en grains auprès d'un petit collectif d'agriculteurs locaux. En général, les vodkas à base de blé ont la texture la plus douce par rapport aux autres céréales de base - les personnes derrière Grey Goose soutiennent également que le caractère de leur produit fini porte également l'empreinte du terroir picard.

3. Il est moulu et distillé par moins de 20 employés.

L'approvisionnement du monde entier en Grey Goose passe par le moulin et la distillerie de La Vallée de l'Oise, une installation occupée, lors de ma visite, par 17 personnes. C'est une petite opération ciblée : le grain de blé arrive par camion et est pesé et analysé pour la teneur en amidon, puis broyé (quatre fois) en une farine de blé fine. La farine subit ensuite une "saccharification", où l'amidon est converti en glucose qui alimentera la levure pendant la fermentation. À partir de là, la "purée de blé" résultante entre dans un processus de fermentation en cascade. Il baratte six réservoirs pendant que la levure convertit le sucre en alcool, laissant un "vin" de 10% ABV qui sera ensuite distillé en un alcool à 96% ABV via un alambic à colonne massif.

4. Il est mélangé avec de l'eau de Cognac.

Demandez à n'importe quel distillateur de vodka (ou n'importe quel distillateur, vraiment) ce qui distingue son alcool, il indiquera d'abord le matériau de base et son origine, puis l'approvisionnement en eau. (Par exemple, la vodka Dripping Springs est allée de l'avant et a nommé la société en l'honneur de sa source). Grey Goose tire son eau d'un puits de 500 pieds dans la région de Grande Champagne de Cognac, elle a été filtrée à travers du calcaire pendant plusieurs siècles et est puisée le jour où elle est destinée à l'usine d'embouteillage de la ville voisine de Gensac. Contrairement à certains nouveaux fabricants de vodka artisanale qui apprécient la teneur en minéraux de leur H20, Grey Goose fait de grands efforts pour dépouiller l'eau de toute teneur en minéraux avant de la mélanger dans la vodka finie.

5. Les arômes de fruits proviennent de vrais fruits.

Grey Goose, comme la plupart des grands producteurs de vodka commerciale, a des extensions de marque au-delà de sa formule classique, à savoir quatre variétés de fruits : orange, poire, citron et cerise noire. Dans ce cas, les arômes de fruits infusés dans la vodka de base proviennent en fait des fruits (et tous sauf les oranges, originaires de Floride, proviennent de France.) Les citrons viennent de Menton, dans le sud les poires sont originaires de la vallée de la Loire et du les cerises noires proviennent du village d'Itzassou au pays basque français.

Les fruits entiers sont livrés à une parfumerie à Grasse (une commune française dédiée à la fabrication de parfums et d'arômes), où les saveurs et les arômes sont extraits et renvoyés à Grey Goose à Cognac sous forme d'huiles essentielles qui sont ensuite mélangées à la formule classique.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. Nous avons maintenant des bars à seigle et des temples de tequila et des maisons de gin, chacun dédié à la célébration et à l'élévation d'un type de liqueur. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. Il a établi une distillerie dans la Vallée de l'Oise, une région au nord de Paris, et une usine d'embouteillage à Cognac, une région synonyme de spiritueux français haut de gamme. Ici, il a embauché François Thibault, Maitre de Chai de Grey Goose, ou maître de chai, un titre que Thibault a gagné pendant qu'il fabriquait du Cognac. Thibault a conçu un processus de production centré sur le français, sélectionnant les matériaux de base, l'eau et le personnel pour créer un spiritueux adapté au palais américain.

Tout, du liquide à l'intérieur à l'encre imprimée sur le verre, est fabriqué dans le pays, et chaque jour, des travailleurs de tous les postes de l'usine s'assoient dans la salle de dégustation pour évaluer le produit. Lorsqu'on lui demande si les Français ont adopté Grey Goose dans une mesure comparable aux Américains, Thibault rit en indiquant la salle de dégustation de l'usine : « Les Américains l'aiment plus, mais les Français l'adorent aussi. Nous ne manquons jamais de bénévoles. "

2. Il est entièrement à base de blé.

La vodka peut être fabriquée à partir de n'importe quelle matière fermentescible. Il existe des vodkas commerciales à base de pommes de terre, de raisins, de seigle et de céréales mélangées comprenant de l'orge. Grey Goose utilise du blé tendre d'hiver provenant de Picardie, une région céréalière du nord de la France qui est souvent appelée le grenier de la nation. Cette variété de blé particulière est semée en automne et récoltée à la fin de l'été. L'entreprise s'approvisionne en grains auprès d'un petit collectif d'agriculteurs locaux. En général, les vodkas à base de blé ont la texture la plus douce par rapport aux autres céréales de base - les personnes derrière Grey Goose soutiennent également que le caractère de leur produit fini porte également l'empreinte du terroir picard.

3. Il est moulu et distillé par moins de 20 employés.

L'approvisionnement du monde entier en Grey Goose passe par le moulin et la distillerie de La Vallée de l'Oise, une installation occupée, lors de ma visite, par 17 personnes. C'est une petite opération ciblée : le grain de blé arrive par camion et est pesé et analysé pour la teneur en amidon, puis broyé (quatre fois) en une farine de blé fine. La farine subit ensuite une "saccharification", où l'amidon est converti en glucose qui alimentera la levure pendant la fermentation. À partir de là, la "purée de blé" résultante entre dans un processus de fermentation en cascade. Il baratte six réservoirs pendant que la levure convertit le sucre en alcool, laissant un "vin" de 10% ABV qui sera ensuite distillé en un alcool à 96% ABV via un alambic à colonne massif.

4. Il est mélangé avec de l'eau de Cognac.

Demandez à n'importe quel distillateur de vodka (ou n'importe quel distillateur, vraiment) ce qui distingue son alcool, il indiquera d'abord le matériau de base et son origine, puis l'approvisionnement en eau. (Par exemple, la vodka Dripping Springs est allée de l'avant et a nommé la société en l'honneur de sa source). Grey Goose tire son eau d'un puits de 500 pieds dans la région de Grande Champagne de Cognac, elle a été filtrée à travers du calcaire pendant plusieurs siècles et est puisée le jour où elle est destinée à l'usine d'embouteillage de la ville voisine de Gensac. Contrairement à certains nouveaux fabricants de vodka artisanale qui apprécient la teneur en minéraux de leur H20, Grey Goose fait de grands efforts pour dépouiller l'eau de toute teneur en minéraux avant de la mélanger dans la vodka finie.

5. Les arômes de fruits proviennent de vrais fruits.

Grey Goose, comme la plupart des grands producteurs de vodka commerciale, a des extensions de marque au-delà de sa formule classique, à savoir quatre variétés de fruits : orange, poire, citron et cerise noire. Dans ce cas, les arômes de fruits infusés dans la vodka de base proviennent en fait de fruits (et tous sauf les oranges, originaires de Floride, proviennent de France.) Les citrons viennent de Menton, dans le sud les poires sont originaires de la vallée de la Loire et du les cerises noires proviennent du village d'Itzassou au pays basque français.

Les fruits entiers sont livrés à une parfumerie à Grasse (une commune française dédiée à la fabrication de parfums et d'arômes), où les saveurs et les arômes sont extraits et renvoyés à Grey Goose à Cognac sous forme d'huiles essentielles qui sont ensuite mélangées à la formule classique.


5 choses que j'ai apprises à la distillerie Grey Goose

Alors que Bacardi (ils ont acheté la marque en 2004 pour 2 milliards de dollars) ne publie pas de chiffres de ventes exacts, Grey Goose est actuellement la vodka la plus vendue dans sa catégorie aux États-Unis.

Plus notre culture des cocktails est devenue sophistiquée, plus les spiritueux individuels ont trouvé leurs champions. Nous avons maintenant des bars à seigle et des temples de tequila et des maisons de gin, chacun dédié à la célébration et à l'élévation d'un type de liqueur. En cours de route, la vodka est devenue une sorte de champ de bataille, avec plus d'un barman vêtu d'un gilet s'opposant à elle comme autre chose qu'un nettoyeur de bar. D'autres encore (je m'inclus dans ce camp) soutiennent qu'entre les mains d'un maître distillateur, la vodka peut constituer une toile de cocktail tueuse : propre, flexible et subtilement influencée en saveur par ses ingrédients.

Au cours des dernières années, alors que j'étais attiré par l'argument en faveur d'une bonne vodka, j'ai interviewé, visité et enquêté sur de nombreux fournisseurs nationaux prisés pour leur savoir-faire (Tito's et Dripping Springs au Texas, Death's Door à Wisconsin), mais je n'avais jamais vérifié avec les grands (alias les marques avec des panneaux d'affichage) jusqu'à un récent voyage de presse organisé par Grey Goose. Pendant trois jours, j'ai suivi le processus de production de Grey Goose, de la récolte à l'embouteillage en passant par l'emballage, et j'ai préparé une introduction rapide pour tous ceux qui sont curieux de connaître le monde derrière la vodka «ultra-premium» la plus vendue aux États-Unis.

1. Grey Goose est fabriqué en France, spécifiquement pour les consommateurs américains.

Lorsque l'entrepreneur de boissons Sidney Frank a décidé de créer une marque de vodka haut de gamme en 1997, il a choisi de le faire dans un endroit que ses buveurs cibles, les Américains, associent au luxe. He established a distillery in La Vallee de l'Oise, a region north of Paris, and a bottling plant in Cognac, an area synonymous with high-end French spirits. Here, he hired Francois Thibault, Grey Goose's Maitre de Chai, or cellar master, a title Thibault earned during his time making Cognac. Thibault designed a French-centric production process, selecting base materials, water, and personnel to build a spirit suited to an American palate.

Everything from the liquid inside to the ink printed on the glass is made within the nation, and every day, workers from every position in the factory sit in the tasting room to evaluate the product. When asked whether the French have taken to Grey Goose in any measure that compares to Americans, Thibault laughs, indicating the factory's tasting room: "The Americans love it more, but the French love it, too. We never have a shortage of volunteers."

2. It's entirely wheat-based.

Vodka can be made from any fermentable material. There are commercial vodkas made from potatoes, grapes, rye, and mixed grains that include barley. Grey Goose uses soft winter wheat sourced from Picardy, a grain-growing region in northern France that's often referred to as the nation's breadbasket. This particular wheat variety is sown in autumn and harvested in late summer the company sources the grains from a small collective of local farmers. In general, wheat-based vodkas are softest in texture compared to the other base grains—the people behind Grey Goose also argue that the character of their finished product also bears the stamp of the Picardy terroir.

3. It's milled & distilled by fewer than 20 employees.

The entire world's supply of Grey Goose comes through the mill and distillery in La Vallee de l'Oise, a facility manned, when I visited, by all of 17 people. It's a small, focused operation: the wheat grain comes in via truck and is weighed and analyzed for starch content, then milled (four times over) into a fine wheat flour. The flour then undergoes "saccharification," where the starch is converted into the glucose that will fuel the yeast during fermentation. From here, the resulting "wheat mash" enters a cascade fermentation process. It churns through six tanks as yeast converts sugar into alcohol, leaving a "wine" of 10% ABV that will then be distilled into a 96% ABV spirit via a massive column still.

4. It's blended with water from Cognac.

Ask any vodka distiller (or any distiller, really) about what makes their spirit stand out, they'll first point to the base material and its origin, and then the water supply. (For example, Dripping Springs vodka went ahead and named the company in honor of their source). Grey Goose gets its water from a 500 foot well in the Grande Champagne region of Cognac it's been filtered through limestone over several centuries, and is drawn on the day that it's destined for the bottling plant in the neighboring town of Gensac. Unlike some new craft vodka makers who prize the mineral content of their H20, Grey Goose goes to great lengths to strip the water of all mineral content before blending it into the finished vodka.

5. The fruit flavors come from actual fruit.

Grey Goose, like most major commercial vodka producers, has brand extensions beyond their classic formula, namely four fruit varieties: orange, pear, lemon, and black cherry. In this case, the fruit flavors infused into the basic vodka actually come from fruit (and all but the oranges, sourced from Florida, come from France.) The lemons come from Menton, in the south the pears hail from the Loire Valley and the black cherries are sourced from the village of Itzassou in French Basque country.

The whole fruits are delivered to a parfumerie in Grasse (a French commune devoted to perfume and flavor manufacturing), where the flavors and aromas are extracted and shipped back to Grey Goose in Cognac as essential oils that are then blended with the classic formula.


5 Things I Learned At the Grey Goose Distillery

While Bacardi (they bought the brand in 2004 for an astounding $2 billion) doesn't release exact sales numbers, Grey Goose is currently the best selling vodka in its category in the States.

The more sophisticated our cocktail culture has gotten, the more individual spirits have found their champions we now have rye bars and tequila temples and gin houses, each dedicated to the celebration and elevation of one type of liquor. Along the way, vodka has become something of a battleground, with more than one vest-wearing bartender arguing against it as anything other than bar-cleaner. Still others (I include myself in this camp) argue that in the hands of a master distiller, vodka can make for a killer cocktail canvas: clean, flexible, and subtly influenced in flavor by its ingredients.

In the past few years, as I've been drawn in by the argument for good vodka, I've interviewed and toured and investigated my way through plenty of domestic purveyors prized for their craftsmanship (Tito's and Dripping Springs in Texas, Death's Door in Wisconsin), but I'd never checked in with the big guys (aka brands with billboards) until a recent press trip hosted by Grey Goose. For three days, I followed the Grey Goose production process from harvest to bottling to packaging, and put together a quick primer for anyone curious about the world behind the States' bestselling 'ultra-premium' vodka.

1. Grey Goose is made in France, specifically for American consumers.

When beverage entrepreneur Sidney Frank decided to build a high-end vodka brand in 1997, he opted to do so in a place that his target drinkers, Americans, associate with luxury. He established a distillery in La Vallee de l'Oise, a region north of Paris, and a bottling plant in Cognac, an area synonymous with high-end French spirits. Here, he hired Francois Thibault, Grey Goose's Maitre de Chai, or cellar master, a title Thibault earned during his time making Cognac. Thibault designed a French-centric production process, selecting base materials, water, and personnel to build a spirit suited to an American palate.

Everything from the liquid inside to the ink printed on the glass is made within the nation, and every day, workers from every position in the factory sit in the tasting room to evaluate the product. When asked whether the French have taken to Grey Goose in any measure that compares to Americans, Thibault laughs, indicating the factory's tasting room: "The Americans love it more, but the French love it, too. We never have a shortage of volunteers."

2. It's entirely wheat-based.

Vodka can be made from any fermentable material. There are commercial vodkas made from potatoes, grapes, rye, and mixed grains that include barley. Grey Goose uses soft winter wheat sourced from Picardy, a grain-growing region in northern France that's often referred to as the nation's breadbasket. This particular wheat variety is sown in autumn and harvested in late summer the company sources the grains from a small collective of local farmers. In general, wheat-based vodkas are softest in texture compared to the other base grains—the people behind Grey Goose also argue that the character of their finished product also bears the stamp of the Picardy terroir.

3. It's milled & distilled by fewer than 20 employees.

The entire world's supply of Grey Goose comes through the mill and distillery in La Vallee de l'Oise, a facility manned, when I visited, by all of 17 people. It's a small, focused operation: the wheat grain comes in via truck and is weighed and analyzed for starch content, then milled (four times over) into a fine wheat flour. The flour then undergoes "saccharification," where the starch is converted into the glucose that will fuel the yeast during fermentation. From here, the resulting "wheat mash" enters a cascade fermentation process. It churns through six tanks as yeast converts sugar into alcohol, leaving a "wine" of 10% ABV that will then be distilled into a 96% ABV spirit via a massive column still.

4. It's blended with water from Cognac.

Ask any vodka distiller (or any distiller, really) about what makes their spirit stand out, they'll first point to the base material and its origin, and then the water supply. (For example, Dripping Springs vodka went ahead and named the company in honor of their source). Grey Goose gets its water from a 500 foot well in the Grande Champagne region of Cognac it's been filtered through limestone over several centuries, and is drawn on the day that it's destined for the bottling plant in the neighboring town of Gensac. Unlike some new craft vodka makers who prize the mineral content of their H20, Grey Goose goes to great lengths to strip the water of all mineral content before blending it into the finished vodka.

5. The fruit flavors come from actual fruit.

Grey Goose, like most major commercial vodka producers, has brand extensions beyond their classic formula, namely four fruit varieties: orange, pear, lemon, and black cherry. In this case, the fruit flavors infused into the basic vodka actually come from fruit (and all but the oranges, sourced from Florida, come from France.) The lemons come from Menton, in the south the pears hail from the Loire Valley and the black cherries are sourced from the village of Itzassou in French Basque country.

The whole fruits are delivered to a parfumerie in Grasse (a French commune devoted to perfume and flavor manufacturing), where the flavors and aromas are extracted and shipped back to Grey Goose in Cognac as essential oils that are then blended with the classic formula.


5 Things I Learned At the Grey Goose Distillery

While Bacardi (they bought the brand in 2004 for an astounding $2 billion) doesn't release exact sales numbers, Grey Goose is currently the best selling vodka in its category in the States.

The more sophisticated our cocktail culture has gotten, the more individual spirits have found their champions we now have rye bars and tequila temples and gin houses, each dedicated to the celebration and elevation of one type of liquor. Along the way, vodka has become something of a battleground, with more than one vest-wearing bartender arguing against it as anything other than bar-cleaner. Still others (I include myself in this camp) argue that in the hands of a master distiller, vodka can make for a killer cocktail canvas: clean, flexible, and subtly influenced in flavor by its ingredients.

In the past few years, as I've been drawn in by the argument for good vodka, I've interviewed and toured and investigated my way through plenty of domestic purveyors prized for their craftsmanship (Tito's and Dripping Springs in Texas, Death's Door in Wisconsin), but I'd never checked in with the big guys (aka brands with billboards) until a recent press trip hosted by Grey Goose. For three days, I followed the Grey Goose production process from harvest to bottling to packaging, and put together a quick primer for anyone curious about the world behind the States' bestselling 'ultra-premium' vodka.

1. Grey Goose is made in France, specifically for American consumers.

When beverage entrepreneur Sidney Frank decided to build a high-end vodka brand in 1997, he opted to do so in a place that his target drinkers, Americans, associate with luxury. He established a distillery in La Vallee de l'Oise, a region north of Paris, and a bottling plant in Cognac, an area synonymous with high-end French spirits. Here, he hired Francois Thibault, Grey Goose's Maitre de Chai, or cellar master, a title Thibault earned during his time making Cognac. Thibault designed a French-centric production process, selecting base materials, water, and personnel to build a spirit suited to an American palate.

Everything from the liquid inside to the ink printed on the glass is made within the nation, and every day, workers from every position in the factory sit in the tasting room to evaluate the product. When asked whether the French have taken to Grey Goose in any measure that compares to Americans, Thibault laughs, indicating the factory's tasting room: "The Americans love it more, but the French love it, too. We never have a shortage of volunteers."

2. It's entirely wheat-based.

Vodka can be made from any fermentable material. There are commercial vodkas made from potatoes, grapes, rye, and mixed grains that include barley. Grey Goose uses soft winter wheat sourced from Picardy, a grain-growing region in northern France that's often referred to as the nation's breadbasket. This particular wheat variety is sown in autumn and harvested in late summer the company sources the grains from a small collective of local farmers. In general, wheat-based vodkas are softest in texture compared to the other base grains—the people behind Grey Goose also argue that the character of their finished product also bears the stamp of the Picardy terroir.

3. It's milled & distilled by fewer than 20 employees.

The entire world's supply of Grey Goose comes through the mill and distillery in La Vallee de l'Oise, a facility manned, when I visited, by all of 17 people. It's a small, focused operation: the wheat grain comes in via truck and is weighed and analyzed for starch content, then milled (four times over) into a fine wheat flour. The flour then undergoes "saccharification," where the starch is converted into the glucose that will fuel the yeast during fermentation. From here, the resulting "wheat mash" enters a cascade fermentation process. It churns through six tanks as yeast converts sugar into alcohol, leaving a "wine" of 10% ABV that will then be distilled into a 96% ABV spirit via a massive column still.

4. It's blended with water from Cognac.

Ask any vodka distiller (or any distiller, really) about what makes their spirit stand out, they'll first point to the base material and its origin, and then the water supply. (For example, Dripping Springs vodka went ahead and named the company in honor of their source). Grey Goose gets its water from a 500 foot well in the Grande Champagne region of Cognac it's been filtered through limestone over several centuries, and is drawn on the day that it's destined for the bottling plant in the neighboring town of Gensac. Unlike some new craft vodka makers who prize the mineral content of their H20, Grey Goose goes to great lengths to strip the water of all mineral content before blending it into the finished vodka.

5. The fruit flavors come from actual fruit.

Grey Goose, like most major commercial vodka producers, has brand extensions beyond their classic formula, namely four fruit varieties: orange, pear, lemon, and black cherry. In this case, the fruit flavors infused into the basic vodka actually come from fruit (and all but the oranges, sourced from Florida, come from France.) The lemons come from Menton, in the south the pears hail from the Loire Valley and the black cherries are sourced from the village of Itzassou in French Basque country.

The whole fruits are delivered to a parfumerie in Grasse (a French commune devoted to perfume and flavor manufacturing), where the flavors and aromas are extracted and shipped back to Grey Goose in Cognac as essential oils that are then blended with the classic formula.


5 Things I Learned At the Grey Goose Distillery

While Bacardi (they bought the brand in 2004 for an astounding $2 billion) doesn't release exact sales numbers, Grey Goose is currently the best selling vodka in its category in the States.

The more sophisticated our cocktail culture has gotten, the more individual spirits have found their champions we now have rye bars and tequila temples and gin houses, each dedicated to the celebration and elevation of one type of liquor. Along the way, vodka has become something of a battleground, with more than one vest-wearing bartender arguing against it as anything other than bar-cleaner. Still others (I include myself in this camp) argue that in the hands of a master distiller, vodka can make for a killer cocktail canvas: clean, flexible, and subtly influenced in flavor by its ingredients.

In the past few years, as I've been drawn in by the argument for good vodka, I've interviewed and toured and investigated my way through plenty of domestic purveyors prized for their craftsmanship (Tito's and Dripping Springs in Texas, Death's Door in Wisconsin), but I'd never checked in with the big guys (aka brands with billboards) until a recent press trip hosted by Grey Goose. For three days, I followed the Grey Goose production process from harvest to bottling to packaging, and put together a quick primer for anyone curious about the world behind the States' bestselling 'ultra-premium' vodka.

1. Grey Goose is made in France, specifically for American consumers.

When beverage entrepreneur Sidney Frank decided to build a high-end vodka brand in 1997, he opted to do so in a place that his target drinkers, Americans, associate with luxury. He established a distillery in La Vallee de l'Oise, a region north of Paris, and a bottling plant in Cognac, an area synonymous with high-end French spirits. Here, he hired Francois Thibault, Grey Goose's Maitre de Chai, or cellar master, a title Thibault earned during his time making Cognac. Thibault designed a French-centric production process, selecting base materials, water, and personnel to build a spirit suited to an American palate.

Everything from the liquid inside to the ink printed on the glass is made within the nation, and every day, workers from every position in the factory sit in the tasting room to evaluate the product. When asked whether the French have taken to Grey Goose in any measure that compares to Americans, Thibault laughs, indicating the factory's tasting room: "The Americans love it more, but the French love it, too. We never have a shortage of volunteers."

2. It's entirely wheat-based.

Vodka can be made from any fermentable material. There are commercial vodkas made from potatoes, grapes, rye, and mixed grains that include barley. Grey Goose uses soft winter wheat sourced from Picardy, a grain-growing region in northern France that's often referred to as the nation's breadbasket. This particular wheat variety is sown in autumn and harvested in late summer the company sources the grains from a small collective of local farmers. In general, wheat-based vodkas are softest in texture compared to the other base grains—the people behind Grey Goose also argue that the character of their finished product also bears the stamp of the Picardy terroir.

3. It's milled & distilled by fewer than 20 employees.

The entire world's supply of Grey Goose comes through the mill and distillery in La Vallee de l'Oise, a facility manned, when I visited, by all of 17 people. It's a small, focused operation: the wheat grain comes in via truck and is weighed and analyzed for starch content, then milled (four times over) into a fine wheat flour. The flour then undergoes "saccharification," where the starch is converted into the glucose that will fuel the yeast during fermentation. From here, the resulting "wheat mash" enters a cascade fermentation process. It churns through six tanks as yeast converts sugar into alcohol, leaving a "wine" of 10% ABV that will then be distilled into a 96% ABV spirit via a massive column still.

4. It's blended with water from Cognac.

Ask any vodka distiller (or any distiller, really) about what makes their spirit stand out, they'll first point to the base material and its origin, and then the water supply. (For example, Dripping Springs vodka went ahead and named the company in honor of their source). Grey Goose gets its water from a 500 foot well in the Grande Champagne region of Cognac it's been filtered through limestone over several centuries, and is drawn on the day that it's destined for the bottling plant in the neighboring town of Gensac. Unlike some new craft vodka makers who prize the mineral content of their H20, Grey Goose goes to great lengths to strip the water of all mineral content before blending it into the finished vodka.

5. The fruit flavors come from actual fruit.

Grey Goose, like most major commercial vodka producers, has brand extensions beyond their classic formula, namely four fruit varieties: orange, pear, lemon, and black cherry. In this case, the fruit flavors infused into the basic vodka actually come from fruit (and all but the oranges, sourced from Florida, come from France.) The lemons come from Menton, in the south the pears hail from the Loire Valley and the black cherries are sourced from the village of Itzassou in French Basque country.

The whole fruits are delivered to a parfumerie in Grasse (a French commune devoted to perfume and flavor manufacturing), where the flavors and aromas are extracted and shipped back to Grey Goose in Cognac as essential oils that are then blended with the classic formula.


5 Things I Learned At the Grey Goose Distillery

While Bacardi (they bought the brand in 2004 for an astounding $2 billion) doesn't release exact sales numbers, Grey Goose is currently the best selling vodka in its category in the States.

The more sophisticated our cocktail culture has gotten, the more individual spirits have found their champions we now have rye bars and tequila temples and gin houses, each dedicated to the celebration and elevation of one type of liquor. Along the way, vodka has become something of a battleground, with more than one vest-wearing bartender arguing against it as anything other than bar-cleaner. Still others (I include myself in this camp) argue that in the hands of a master distiller, vodka can make for a killer cocktail canvas: clean, flexible, and subtly influenced in flavor by its ingredients.

In the past few years, as I've been drawn in by the argument for good vodka, I've interviewed and toured and investigated my way through plenty of domestic purveyors prized for their craftsmanship (Tito's and Dripping Springs in Texas, Death's Door in Wisconsin), but I'd never checked in with the big guys (aka brands with billboards) until a recent press trip hosted by Grey Goose. For three days, I followed the Grey Goose production process from harvest to bottling to packaging, and put together a quick primer for anyone curious about the world behind the States' bestselling 'ultra-premium' vodka.

1. Grey Goose is made in France, specifically for American consumers.

When beverage entrepreneur Sidney Frank decided to build a high-end vodka brand in 1997, he opted to do so in a place that his target drinkers, Americans, associate with luxury. He established a distillery in La Vallee de l'Oise, a region north of Paris, and a bottling plant in Cognac, an area synonymous with high-end French spirits. Here, he hired Francois Thibault, Grey Goose's Maitre de Chai, or cellar master, a title Thibault earned during his time making Cognac. Thibault designed a French-centric production process, selecting base materials, water, and personnel to build a spirit suited to an American palate.

Everything from the liquid inside to the ink printed on the glass is made within the nation, and every day, workers from every position in the factory sit in the tasting room to evaluate the product. When asked whether the French have taken to Grey Goose in any measure that compares to Americans, Thibault laughs, indicating the factory's tasting room: "The Americans love it more, but the French love it, too. We never have a shortage of volunteers."

2. It's entirely wheat-based.

Vodka can be made from any fermentable material. There are commercial vodkas made from potatoes, grapes, rye, and mixed grains that include barley. Grey Goose uses soft winter wheat sourced from Picardy, a grain-growing region in northern France that's often referred to as the nation's breadbasket. This particular wheat variety is sown in autumn and harvested in late summer the company sources the grains from a small collective of local farmers. In general, wheat-based vodkas are softest in texture compared to the other base grains—the people behind Grey Goose also argue that the character of their finished product also bears the stamp of the Picardy terroir.

3. It's milled & distilled by fewer than 20 employees.

The entire world's supply of Grey Goose comes through the mill and distillery in La Vallee de l'Oise, a facility manned, when I visited, by all of 17 people. It's a small, focused operation: the wheat grain comes in via truck and is weighed and analyzed for starch content, then milled (four times over) into a fine wheat flour. The flour then undergoes "saccharification," where the starch is converted into the glucose that will fuel the yeast during fermentation. From here, the resulting "wheat mash" enters a cascade fermentation process. It churns through six tanks as yeast converts sugar into alcohol, leaving a "wine" of 10% ABV that will then be distilled into a 96% ABV spirit via a massive column still.

4. It's blended with water from Cognac.

Ask any vodka distiller (or any distiller, really) about what makes their spirit stand out, they'll first point to the base material and its origin, and then the water supply. (For example, Dripping Springs vodka went ahead and named the company in honor of their source). Grey Goose gets its water from a 500 foot well in the Grande Champagne region of Cognac it's been filtered through limestone over several centuries, and is drawn on the day that it's destined for the bottling plant in the neighboring town of Gensac. Unlike some new craft vodka makers who prize the mineral content of their H20, Grey Goose goes to great lengths to strip the water of all mineral content before blending it into the finished vodka.

5. The fruit flavors come from actual fruit.

Grey Goose, like most major commercial vodka producers, has brand extensions beyond their classic formula, namely four fruit varieties: orange, pear, lemon, and black cherry. In this case, the fruit flavors infused into the basic vodka actually come from fruit (and all but the oranges, sourced from Florida, come from France.) The lemons come from Menton, in the south the pears hail from the Loire Valley and the black cherries are sourced from the village of Itzassou in French Basque country.

The whole fruits are delivered to a parfumerie in Grasse (a French commune devoted to perfume and flavor manufacturing), where the flavors and aromas are extracted and shipped back to Grey Goose in Cognac as essential oils that are then blended with the classic formula.


Voir la vidéo: Belvedere Vodka Commercial. Live Young.


Commentaires:

  1. Zebenjo

    Quels bons interlocuteurs :)

  2. Alano

    Cette idée est obsolète

  3. Abdi

    À mon avis, ils ont tort. Écrivez-moi dans PM.

  4. Korbyn

    Absolument avec vous, c'est d'accord. Il y a aussi quelque chose pour moi, il me semble que c'est une bonne idée. Je suis d'accord avec toi.

  5. Oxnaleah

    Soit dit en passant, cette magnifique idée tombe

  6. Taweel

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous vous trompez. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM, nous en discuterons.



Écrire un message